lundi 1 août 2016

Un Ciné-club






B. et moi, avons monté un Ciné Club dans son appartement, avec deux invités de choix pour nos deux premières sessions: nos pauvres personnes. Le premier film, de très bonne facture, a été le choix de B. qui n'a jamais eu de cesse de me dire qu'il s'agissait d'un peliculon, à savoir d'un grand film qu'il fallait me montrer: L'exorciste. J'ai cru noter l'influence de la Nouvelle Vague dans l'intérêt porté par le réalisateur aux menus détails du quotidien, et le scénario m'a semblé un travail digne d'intérêt. Nulle daube hollywoodienne à la vue cet après-midi-là, ni de peur distillée pour un public amateur d'émotions factices. L'attaque au puritanisme américain est édifiante, constante. La critique antipsychiatrique reste inscrite en filigrane également. Quant à la construction narrative, je fus saisi par la dernière scène, triangulaire, déconcertante car déliant en une chute vertigineuse tous les noeuds de la trame. Je n'ai pas trouvé meilleur dénouement depuis le développement des photos de l' Ascenceur pour l'échaffaud, vu le mois dernier. Le curé qui appelle à lui le diable et se jette ensuite par la fenêtre m'a semblé une image puissante du sacrifice et de la résolution d'un problème majeur par delà bien et mal.

Le deuxième film, que j'ai moi-même choisi est Welcome to New York d'Abel Ferrara. Tourné en dix-huit jours, il traite de l'affaire DSK, sans plus de concessions à la morale publique. Dès les premières scènes,ce film pornographique de bon aloi se mue en une pièce shakespearienne. Au dernier MacBeth, si publicitaire et ponctué de séquences surjouées par une Marion Cotillard glaciale, Ferrara ajoute une mise en scène bricolée et tremblante, mais foncièrement juste. Depardieu se fait sucer par quantité de whores voraces et organise des agapes orgiaques avec ses camarades du FMI dans des lugubres palaces. Les plans de caméra font penser à des screeners achetés sur des marchés de contrebande turcs. Ils nous montrent Depardieu geindre et grimacer, faire des blagues salaces à son gendre. Il s'agit d'un voyage dans l'immondice qui exige une grande part de négligence. Le contraire eut été irreçevable.

Jacqueline Bisset et Depardieu portent des dialogues souvent improvisés. Parfois il radottent et cela irrite un peu, convenons-en. Mais le reste vaut le détour. Je transcris le monologue final de Dévereaux, ponctué d'un travelling montant sur un building, dans la nuit newyorkaire, puis d'un bref échange avec la nouvelle bonne hispanique. Le voilà, Depardieu parle en français, sur des images de manifestantes noires entrant dans une fourgonette:

"Depuis mon enfance, mon esprit a été rincé, rincé par mes parents, par mes professeurs, mes supérieurs au travail. J'ai de la chance. Je ne suis pas chrétien. Mais j'aimerais dire ça: quand je mourrai, je viendrai embrasser le cul de Dieu pour toujours. J'ai trouvé mon Dieu. Toi. Mon premier Dieu, non, je ne l'ai pas trouvé à l'Église, mais dans une salle de classe: c'est l'Idéalisme. Quel Dieu magnifique! Croire que tout irait bien. J'étais dans ce temple qu'est l'Université, d'abord comme étudiant, puis comme professeur, et je me suis laissé envelopper de cette lumière creuse, oui, la Justice. Nous devions redresser tous les torts. La faim dans le monde? Non, tout le monde mangerait à sa faim. La pauvreté? Un souvenir lointain dont l'existence serait difficile à même imaginer. La richesse serait distribuée, à chacun selon ses besoins. (...)"

La réaction des spectateurs français, que j'ai pu lire en partie sur Allocine, site qui possède cet avantage de livrer aux spectateurs quantité d'informations et d'anecdotes de tournage, ont été incendiaires. Faute de critique journalistique sérieuse (le film a été boycotté par la France), ce sont les non-moins-incompétents-exclus-de-la-corporation-graphomane qui ont eu cette fois leur mot à dire. Et là... Ce fut terrible et plus éclairant sur l'état de la France que le moindre sondage IFOP à grande échelle.

Que Welcome to New York ait été interdit de salles n'est pas surprenant, l'État exercant son travail de censure préalable à la bonne marche de la société. C'est là le rôle des institutions de caviarder ce qui peut déplaire aux pouvoirs en place, de passer sous silence ce qui est susceptible de troubler l'ordre des idées publiques, de la distraction commune. En revanche, que 2500 consommateurs anonymes s'organisent bénévolement et à l'unisson pour défier le talent de Ferrara et consors, cela relève du flicage empreint de moraline, à la mesure des liliputiens qui composent ce beau pays.


Inutile d'ajouter que B. a adoré ce film et trouvé qu'il formait, avec l'Exorciste, un dyptique cohérent. Nous organiseront prochainement d'autres sessions de Ciné-Club, des séances qui me rappeleront peut-être mes virées au cinéma Cujas ou sur la rue Mouffetard, dans des petites salles fréquentées par quelques irréductibles au coeur de froids après-midis. Un débat avec un public choisi, de préférence féminin, pour éviter les combats de coqs, serait souhaitable. Je lui ai proposé de continuer par un cycle de cinéma tchèque, des Petites Marguerites aux films d'animation de Jan Svankmajer.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire