dimanche 30 octobre 2016

Antitweet 88


Réseau social - Il fut un temps où la police singeait l'intelligence de l'amitié. Désormais, c'est l'amitié qui singe l'intelligence de la police.

Etienne Milena ©

Antitweet 87


Se méfier du politique qui cache l'homme. Mais se méfier davantage de l'homme que cache le politique.


Etienne Milena ©

jeudi 27 octobre 2016

CQFD




"On reconnaît un touriste à sa façon de se plaindre du trop grand nombre de touristes."

Claude Roy

mardi 18 octobre 2016

Antitweet 86


La rumination a besoin d'une remarque désobligeante pour continuer d'accaparer l'attention individuelle, le désir créatif ne se démarquant pas d'un besoin de vengeance parfois à court de combustible. Toute proportion gardée, une mauvaise blague ou une remarque vacharde font plus d'effet sur l'individu qu'une attaque terroriste sur la population, car dans le cas de la collectivité, le désordre qui s'ensuit est un trompe-l'oeil: le corps social, dicté par l'instinct, se récompose en peu de temps. Dans le cas de l'individu, il en est tout autrement:  l'identité est manoeuvrée par la réputation, d'où la crise prolongée qui suit lorsque celle-ci est (même furtivement) mise à mal.


Etienne Milena ©

samedi 15 octobre 2016

Le dernier climenole

Claude Roy

"Ces dernières années un mal étrange frappe les quelque 800 habitants
 de Kalachi dans la région d'Akmola, au nord du Kazakhstan. Depuis 
2012, au moins 160 villageois ont été affectés par une mystérieuse 
épidémie d'endormissement. Les victimes tombent inconscientes, 
généralement de manière brutale, et se réveillent quelques heures,
voire quelques jours plus tard avec ce qui ressemble à une véritable
gueule de bois: trous de mémoire, vertiges, maux de tête et même
des hallucinations. Chez certains hommes, le réveil peut s'accompa-
gner d'une montée violente du désir sexuel.

(Romain David, Le Figaro, le 22 juillet 2015)


Ce "mal étrange" s'est étendu à quelques centaines de millions de personnes désormais entièrement dévouées aux écrans de leurs smartphones, contribuant par leurs clics à nourrir le Marché Global qui n'en demandait pas tant. Il ne s'agit plus de produire, mais de passer sa vie devant les écrans pour mourir sous un flot publicitaire. Toutes ces photos veulent consolider notre foi en une présence: "j'étais là, je m'y trouvais!", "Ça on l'a fait l'année dernière!" Mais si vous avez stocké une telle quantité d'images, de selfies, d'auberges champêtres, de campagnards et de vaches, laissez-moi douter un peu de votre "présence" en ces lieux... les photos prouvent le contraire.

L'existence est devenue un spot rallongé. Heureusement, certaines lectures, permettent à l'esprit de revenir à ce que l'on pourrait encore appeler la réalité, si on avait le courage des grands mots. Je pense actuellement à l'un de ces "climenoles" qui me servent à faire front (pour les incultes bestiaux qui s'aventureraient sur ce site, un "climenole" est le nom donné par Swift aux sonneurs de l'île de Laputa, dont la tâche est de réveiller les savants empêtrés dans d'incessants calculs...).

Oui, Claude Roy apporte ces soufflets si nécessaires, avant que vous ne basculiez définitivement dans la folie... C.R. était un revenant. Ami de jeunesse de François Mitterand, Camusot du roi puis résistant et communiste, il a su se défaire de toute idéologie conservatrice ou progressiste, qui mènent l'une et l'autre au ronflement, partant vers d'autres horizons, non pour entamer une série de voyages (ne l'insultons pas!) mais pour confronter son moi à d'autres façons d'envisager la vie: le Japon, l'Angleterre etc. servirent de cadre à cette échappée spirituelle si peu commune.

Claude Roy est un diariste sans équivalents au sein des années 80... Enfin, son Journal tient beaucoup des Mémoires. Lorsque je veux en savoir davantage sur la première moitié du siècle, ce sont les Voix dans la Nuit de Prokosch que je relis. Pour cette période, ce sont les haïkus de Roy et ses souvenirs de rencontres. 

Les membres de ma famille, dubitatifs et étonnés, m'ont souvent posé la question du lien indubitable que nouaient les élites françaises des deux décennies antérieures avec la figure de Mao. Avec la Fleur du temps, ouvrage merveilleux d'un poète déniaisé, j'ai enfin eu des éléments de réponse. Comme lorsque Roy nous parle de Sartre, aimant à la folie le goût du sang porcin... 

"Au carrefour Raspail-Montparnasse, (il) appelait à faire couler le sang avec le même enthousiasme":

"Un régime révolutionnaire doit se débarrasser d'un certain nombre d'individus qui le menaçent et je ne vois pas d'autre moyen que la mort. On peut toujours sortir d'une prison. Les révolutionnaires de 1793 n'ont probablement pas assez tué."
(Actuels, nº28, février 1973)

"L'écrivain sait que les mots, comme dit Brice Parain, sont des "pistolets chargés". S'il parle, il tire. Il peut se taire, mais puisqu'il a choisi de tirer, il faut que ce soit comme un homme, en visant des cibles."
(Qu'est-ce-que la littérature?)

"En un premier temps de la révolte, il faut tirer: abattre un Européen c'est faire d'une pierre deux coups, supprimer en même temps un oppresseur et un opprimé: restent un homme mort et un homme libre"(...) "À défaut d'autres armes, la patience du couteau suffira."
(Préface aux Damnés de la terre, de F. Fanon)

Les portraits de Lao She, de Chalamov, de Kundera, ne disent pas autre chose. C'est la tristesse qui illustre ces idées dictées depuis la pulsion de mort, depuis la pulsion d'amour.

Roy, à l'inverse de l'époque qu'il décrit (cf. sa splendide description des sémioticiens et des professeurs) porte en lui un penchant lumineux pour les laissés-pour-compte habitants d'autres sphères que celles du confort mondain. Sa défense des animaux ne cherche pas la conciliation de ces intellectuels qui, à force de ne pas vouloir paraître stupides, finissent par le devenir tout à fait. L'ironie de ses Minimes n'exprime pas la facilité de la malveillance, laquelle en dit plus long sur celui qui la profère que sur la cible des quolibets. J'ai eu l'occasion il y a peu d'en donner un exemple. En voici d'autres:


"Vivre de l'air du temps est en effet un régime pauvre en protéïnes. Il faut vivre de l'air de plusieurs temps pour se porter bien."

"Ces grands penseurs politiques, prophètes, qui à force de prévoir, ne voient plus rien."

"Il ne se contredit pas suffisamment pour être intéressant."

"Certaines personnes sont peu sensibles à la poésie: elles se consacrent à l'enseigner." (Phrase de Borgès que Roy cite dans son livre)

"L'Histoire: ce qui se passe entre le Bang et la Bombe."

"On n'est pas parvenu à faire penser un ordinateur comme un homme, mais on a parfaitement réussi à faire penser un homme comme un ordinateur."

E.M.


mardi 11 octobre 2016

Antitweet 85


Scepticisme larvaire - Lire le détail du menu depuis des décennies, quand les autres en sont au dessert.


Etienne Milena ©

Antitweet 84

À l'heure des bilans, les poètes et les amoureux transis finissent aussi par réclamer leur part de chaises et d'argenterie.


Etienne Milena ©

Minime



Claude Roy

"Ce qui est exact, c'est qu'il faut se méfier d'une vérité qu'on posséderait comme on possède une clé anglaise, d'une vérité véritable, immuable, immobile et atteinte une fois pour toutes. Le mathématicien  André Lichnerowicz ne conçoit que des "espaces de vérités approchées". De la relation d'incertitude de Heisenberg en physique au théorème d'incomplétude de Gödel en mathématique, et à "l'effet Hawthorne" en psychologie (le comportement d'un sujet informé qu'il est soumis à une expérience est modifié par sa connaissance), tout converge vers la conclusion d'Ilya Prigogine : "Le problème de la vérité doit partir du fait que notre rapport au réel contient un élément essentiel de construction."

Claude Roy, La Fleur du temps, Journal 1983-1987


"Lo cierto es que hay que desconfiar de una verdad que tendríamos en manos como una llave inglesa: una verdad verdadera, inmóvil, inmutable y alcanzada definitivamente. El matemático André Lichnerowicz la concibe más bien como : "unos espacios de verdades cercanas". Desde la relación de incertidumbre de Heisenberg en física hasta el teorema de in-completud de Gödel en matemática, pasando por el "efecto Hawthorne" en psicología (el comportamiento de una persona que esta informada que esta sometida a una experiencia, está modificado por su conocimiento), todo converge hacía la conclusión de Ilya Prigogine: "El problema de la verdad parte del hecho que nuestra relación a la realidad tiene un componente esencial de construcción ." Claude Roy, La Flor del tiempo, Diario 1983-1987

samedi 8 octobre 2016

Le temps des livres





   Le simulacre de temps passé sur la toile rétrécit la réalité, au point qu'une journée face aux écrans peut donner à l'esprit la sensation d'avoir vécu une heure. Les images défilent, les mots défilent, et ce magma vide ne laisse que peu de traces. Tout s'évapore dans l'instantanéïté des clics. Le défilé mécanique entraîne un aplanissement des émotions. Le temps est un temps global et sans pause d'aucune sorte. La nuit et le jour fusionnent dans une clarté froide et stérile. Et l'absence est sans cesse ajournée à travers le plein et la saturation des images.

   Quand je me pose devant un livre, l'expérience du temps est toute différente. Si je n'étais pas si méfiant des oppositions binaires, je parlerais même de temps contraire au temps des clics. Avec son papier écorné ou fraîchement sorti de l'imprimerie, le livre atteint la peau de chacun. Le lecteur s'empare du livre, l'ouvre et le tord. Puis, le livre lui raconte des choses, à lui et à nulle autre personne. L'écrit est exposé au privilège d'un regard, auquel il se confie. C'est une sensation d'étirement du temps qui gagne le lecteur. Les heures passent enfin en ayant des choses à dire, y compris quand le livre est remis sur l'étagère. Les phrases continuent de fleurir sur le monde qui nous entoure, à la cadence d'une réalité retrouvée.


E.M.

mardi 4 octobre 2016

Antitweet 83


Un hymne et un drapeau au vent : la fin de toutes les balourdises, de toutes les philosophies défroquées.

Etienne Milena ©